Warning: Undefined array key "HTTP_REFERER" in /homepages/18/d727335311/htdocs/clickandbuilds/Krilati3/wp-content/themes/Divi-child/Divi-child.template#template on line 43

En création

Pièce pour une acrobate sur mobile instable.

Durée 35 min

Blue Note et Inscription

Blue, Blue devils, le diable noir, les idées noires. La Blue Note, la note bleue est la note de la nuit, la note du déséquilibre.

Dans le jazz la Note Bleue est celle jouée ou chantée avec un léger abaissement d’un demi ton au maximum. Cet abaissement du majeur au mineur amène la signification de la nostalgie, qui vient envouter le corps et l’esprit d’une douleur inconsciente. Cette note est l’expression plaintive des peuples. Née dans le sud des États-Unis, d’abord rurale puis urbaine, son style a influencé le blues et le jazz, aux sonorités mineures et mélancoliques.

La Blue Note crée quelque chose d’irrésolu. C’est une note qui vous convoque à la réflexion, aux souvenirs, au tremblement de nous-même. C’est se souvenir du passé. C’est l’histoire, non écrite, non dite, non transmise. C’est la renaissance des ancêtres.

D’où je viens ?

La Blue Note, c’est une façon de dire NON aux berceuses contemporaines, à la normativité, une façon de ne pas se laisser endormir par la facilité. C’est chercher le point culminant, le point sensible, le point de chute.

L’inscription de la trace, l’appel au corps qui innerve les mémoires. Le tatouage des ondes. L’art comme la désertion de soi-même.

Blue Note représente ce qui nous hante une fois que revient le silence. Qu’est-ce qui me hante ? Ce savoir inconscient qu’il y a dans toute culture, transmise de génération en génération, dans l’anonymat le plus total.

Qui êtes-vous ?

Il y a un appel à demain, au prochain, à l’autre, à ce qui va suivre. À ce que je vais transmettre à mon enfant malgré moi. L’enfant c’est l’écho de demain. C’est l’arborescence, cet arbre qui pousse malgré les guerres et les intempéries, et qui recueille le souvenir des hommes.

 

La passion des formes : Arborescence et travail sur l’équilibre

 L’arborescence représentée dans cette structure en contrepoids représente l’arbre généalogique, l’avant et l’après qui se confondent dans l’espace aérien et inconscient de nos pensées.

Cette structure inspirée de l’œuvre d’Alexander Calder, sculpteur et peintre américain, va permettre un travail sur l’équilibre et le déséquilibre. Elle sera pensée comme un mobile instable qui impliquera par la forme, la matière et ses mouvements, une écoute et une recherche d’équilibre permanent dans la musique et dans les corps.

La finesse et la précision du mouvement rappelleront celle du demi ton apporté par la note bleue. Un corps flottant attendant la résolution du mouvement, une respiration suspendue. L’harmonie si précaire ne tient qu’un à mouvement léger, juste et précis.

 

Distribution :
Caroline Siméon : idée originale, écriture, artiste aérienne
Un saxophoniste : en cours de recherche
Mise en scène : en cours de recherche
Maureen Brown : Scénographe, conception et suivi de chantier